Arlette Carole Ngnoung A Zock

Enseignante de lettres classiques au lycée Général Leclerc de y Yaoundé. Avant d’embrasser cette profession, elle a eu un parcours universitaire pas du tout atypique dans le contexte camerounais. En effet, elle frequente d'abord I'université de Yaoundé 11 où, elle obtient une licence eu sciences de gestion. Quelques années plus tard, elle se reconvertit et entreprend des études de lettres à I Ecole Normale Supérieure de Yaoundé 1. Actuellement, elle poursuit ses études en Master 11 concomitamment avec sa carrière. La Colline Du Savoir est son premier roman. Son intrigue investit naturellement le milieu imiversitaire qit "elle maîtrise parfaitement.

Author's books

La colline du savoir

2 500CFA

(…) Pendant que nous préparions nos fax et notre front, Marybelle pro jetait de soudoyer les employés de la cellule informatique. D’autres traitaient directement arec des professeurs qui, parait-il, vendaient des notes ou avec des surveillants qui composaient pour eux et procédaient lors du dépôt à des substitutions de copies ; les plus honnêtes travaillaient seuls et très souvent ne s’en sortaient pus, exception faite de ceux qui appliquaient le fax.

La colline du savoir est un récit novateur où fiction et réalité font chemin commun. D’un bout à l’autre du récit, l’auteure l’ail montre d’une esthétique narrative qui s’abreuve dans un langage tant du registre familier que courant: une théâtralisation des scènes qui donne l’impression au lecteur de vivre lui-même la scène. Texte captivant. NGNOUNG A ZOCK Arlette Carole peint pour le lecteur une fresque des réalités sociales en milieu universitaire. Des jeunes qui. Au contact avec la fac. nourissent des rêves de grandeur, se livrant ainsi à des manoeuvres peu orthodoxes pour avancer dans leurs études et accéder à une classe sociale qu’ils croient être synonyme de réussite. La « colline du savoir », colline sur laquelle chacun y va à sa manière pour atteindre le sommet et comme le dit l’adage, tout chemin mène à Rome; mais quel chemin choisissons nous d’emprunter ?